fbpx

Le soleil est indispensable à la vie ; il est aussi bon pour notre santé car il permet de stimuler la synthèse de vitamine D qui permet à son tour de fixer le calcium sur les os.
Pour profiter de ses bienfaits sans danger, il est nécessaire de respecter certaines règles. Une exposition trop forte et prolongée à ses rayons ultraviolets est susceptible d’abîmer la peau et d’entraîner de graves maladies sur le long terme.
On parle aujourd’hui de “capital soleil” à protéger.

Mais bien choisir son écran solaire naturel relève un peu du défi ! Quels types de filtres sont à privilégier ? Qu’est-ce que les nanoparticules et pourquoi les éviter ? Pourquoi les crèmes solaires sont-elles nocives pour les océans ?

My Bio Time vous aide à faire le point et à choisir simplement la protection solaire la plus adaptée à vos besoins.

UVA, UVB...qu’est-ce que c’est ?

Le principe d’un écran solaire, aussi appelé SPF, est de protéger la peau des rayons du soleil UVA et UVB.
Ces rayons ultraviolets correspondent à de la lumière non visible et sont classés selon leur longueur d’ondes.
Les UVA, d’une longueur d’ondes de 400 à 315nm, pénètrent en profondeur la peau et sont responsables des tâches pigmentaires, du vieillissement cutané et des rides.
Les UVB, d’une longueur d’ondes de 315 à 280nm, pénètrent moins profondément le derme et sont quant à eux responsables des coups de soleil, des brûlures, des cloques et de la majorité des cancers de la peau.

SPF 30 ou 50 ?

Les SPF (Sunburn Protection Factor), IP (Indice de Protection) et FPS (Facteur de Protection Solaire) indiqués sur les crèmes solaires signifient la même chose ; l’indice de protection.
Ces indices de protection existent de 8 à 90 mais les plus courant sont les indices 30 et 50.
De 0 à 30, la protection augmente de façon considérable : un SPF 30 protège beaucoup plus qu’un SPF 15. De 30 à 90, la marge de progression de la protection est très faible. La différence entre une crème 30 et 50 est presque minime et l’on gagne moins d’1% de protection supplémentaire !

Filtre minéral ou chimique ?

Les filtres minéraux sont formulés à base de pigments qui forment une barrière et réfléchissent les UV sans pénétrer dans la peau. Ils sont très efficaces sur tous les rayons du spectre solaire et ne sont pas irritants. Une fois appliqués, ils restent en place et protègent en continu.

Les filtres chimiques sont composés de molécules à base de carbone et pénètrent la peau pour neutraliser certains UVA et UVB mais ne sont pas efficaces contre tous les rayonnements solaires. Ils sont donc toujours associé à des filtres minéraux afin de compléter la protection. Ils doivent être appliqués 20 min avant l’exposition afin de déployer leur efficacité et réappliquer régulièrement car ils se dégradent au fil du temps.

À noter : Tous les laboratoires appliquent la même méthode de calcul pour déterminer la valeur de l’indice de protection (SPF 30 ou 50) que le filtre soit minéral ou chimique !

Pourquoi privilégier les filtres minéraux ?

Les filtres minéraux ne pénètrent pas la peau et sont issus de matières premières naturelles ce qui assure leur innocuité.

Les filtres chimiques présents dans les protections solaires conventionnelles comme l’Oxybenzone, l’Octinoxate, l’Octocrylène et le Menthyl-benzylidene Camphor sont responsables d’une importante pollution des eaux. Ils seraient coupables de l’accélération du blanchiment du corail !
En étant libérés dans l’eau des mers et océans, ils activent des virus qui se propagent et tuent les micro-algues logées dans le tissu des coraux. Dépourvus de leurs occupants, les coraux blanchissent et meurent en 48h seulement.
10% des récifs coralliens du monde seraient menacés par l’action de ces filtres solaires chimiques.

Et les nanoparticules ?

Les filtres minéraux utilisés dans les crèmes solaires bio et naturelles peuvent être difficiles à étaler et laisser des traces blanches sur la peau.
Certaines marques ont fait le choix d’utiliser de l’Oxyde de Zinc ou du Dioxyde de Titane sous forme de nanoparticules.

Depuis 2 ans, les nanoparticules sont soupçonnées d’être cancérigènes et responsables du vieillissement accéléré de la peau.
Leur petite taille leur permet de passer facilement dans l’organisme, notamment à travers des peaux lésées par des coups de soleil par exemple. Lorsqu’elles sont exposées aux rayons du soleil, ces particules photo-actives produisent des radicaux libres qui s’attaquent aux tissus de notre organisme et accélèrent le vieillissement cutané.

Libérées dans l’eau lors de la baignade, les nanoparticules réagissent avec les UV et forment des radicaux libres et du Peroxyde d’Hydrogène qui sont aussi extrêmement néfastes pour la flore marine.
Il est alors important de choisir une crème solaire avec un filtre minéral sans nanoparticules.

À noter : Pour vous assurer que votre crème solaire naturelle ne contient pas de nanoparticules, il vous suffit de lire la composition. Depuis 2013, la législation oblige à notifier la présence de nanoparticules. Le mot [NANO] doit être écrit derrière l’ingrédient concerné.

Nos protections solaires naturelles sans nanoparticules

Crème Solaire Matifiante SPF 30, Ren

Formulée avec un filtre minéral d’Oxyde de Zinc non-nano, cette protection est idéale contre les UVA, UVB et la lumière bleue.
Matifiante, elle est parfaite à porter au quotidien comme bouclier urbain.

Crème Solaire Peaux Sensibles SPF 30, Pai

Certifiée Cosmos Natural, elle est adaptée aux peaux sensibles et réactives. Composée d’une filtre minéral d’Oxyde de Zinc non-nano et d’extrait de Coton, elle protège la peau des UVA, UVB, lumière bleue et infrarouges.

Crème Protectrice Visage et Corps Immortal SPF 15, Antipodes

Enrichie en antioxydants, cette crème hydratante et protectrice est composée d’un filtre minéral d’Oxyde de Zinc non-nano. Elle lutte contre tous les radicaux libres pour ralentir le vieillissement cutané, prévient l’apparition des tâches pigmentaires et vous apporte la juste dose d’hydratation pour maintenir la douceur et la souplesse de votre peau.

Protection solaire spt15 antipodes